Pour une société libérale

Le Metavers du Président

Le 21 mars 2022

                                                             Le métavers du Président

Le programme d’Emmanuel Macron est la prolongation du « quoi qu’il en coute »

Alors qu’on attendait, préparé dans le secret, un programme présidentiel présentant quelques mesures fortes, nous n’avons eu qu’une étude ennuyeuse et convenue. Si on en oublie les mesures cosmétiques et les vœux pieux, il en reste trois points significatifs : le nucléaire, la retraite à 65 ans et la suppression du chômage.

Contre sa précédente politique et contre l’avis de sa mirifique convention citoyenne sur le climat, la volte-face du Président sur le nucléaire fut une surprise il y a quelque mois. Compte tenu des problèmes climatiques et d’indépendance énergétique, la mesure trouve aujourd’hui dans la majorité des formations politiques un consensus qui ne doit pas faire oublier que le nucléaire présente des risques réels, que sa maîtrise sur le long terme est incertaine et que son coût sera élevé. La situation financière d’EDF et son incapacité à traiter ses déchets sont des problèmes à mettre sur la table. Les montants à investir dans ce programme n’auront des retombées positives que dans plus de 10 ans et, dans l’intervalle cet engagement, qui pèsera sur le pouvoir d’achat des Français, augmentera mécaniquement la dette nationale.

Le Président, qui en cinq ans n’a pas réussi à mettre en œuvre sa réforme des retraites, nous annonce aujourd’hui vouloir reporter à 65 ans l’âge de départ la retraite. Il semble abandonner toute réforme structurelle qui permettrait de clarifier la répartition entre ce qui relève de la cotisation qui doit être intégralement payé par les bénéficiaires et ce qui relève de la solidarité qui doit être payé par l’impôt. Dans tous les cas, compte tenu de l’application progressive de ces mesures, on ne peut en espérer un allégement financier sur les cinq prochaines années.

Emmanuel Macron promet de continuer à faire baisser le chômage comme il l‘aurait réussi ces deux dernières années. Mais c’est abusivement en oublier la cause : Les gens n’ont pas travaillé plus, ils ont été payés à ne rien faire. Ainsi s’explique cette corrélation atypique entre la baisse de l’activité, la hausse de l‘emploi ainsi d’ailleurs que la baisse des faillites.

La diminution du chômage est due aux soutiens financiers qui ont permis aux entreprises de conserver des salariés qui ne produisaient plus. Cela a été possible grâce aux milliards déversés à crédit et dire que cette méthode permettra de résorber le déficit alors que c’est ce déficit même qui a permis la résorption du chômage, est une insulte au bon sens.

Oui il suffira de faire travailler quelques heures les gens au RSA pour les sortir des statistiques du chômage. Cela ne fera qu’empirer l’exclusion d’une partie de la population et aggravera encore notre situation financière.

On voit par ces trois exemples, que le programme d’Emmanuel Macron est la prolongation du « quoi qu’il en coûte », basé sur l’assistanat et le déficit perpétuel.

L’univers Macron-Lemaire est un métavers où le travail et l’effort ne sont pas nécessaires

En privilégiant sa réussite personnelle plutôt que celle des Français Emmanuel Macron peut continuer durant la campagne à faire des chèques. Cela ressemble à de l’achat de votes et des esprits scrupuleux dénonceraient une atteinte à la démocratie.

Les électeurs s’en moquent, ce qui est acquis est toujours bon à prendre et ils sont satisfaits de la manière dont on leur a évité les désagréments de la lutte contre le réchauffement climatique, de la pandémie et maintenant de la guerre. La méthode Macron-Lemaire consiste à payer chaque fois qu’il y a un problème sans demander d’effort aux Français, en recourant à l’argent magique de la BCE depuis qu’elle s’est affranchie de ses règles fondamentales.

L’univers Macron-Lemaire, c’est ce monde parallèle, régi par des règles et de l’argent, un Monopoly de financiers et de bureaucrates ou, pour être plus à la mode, un métavers où le travail et l’effort ne sont pas nécessaires.

Après la méthode Madoff-Ponzi au niveau de la finance privée, et tant que nous aurons autant de gogos pour y croire, nous subirons la martingale Macron-Le Maire pour la finance publique à moins que la BCE les interdise de chéquiers.

Car tout ceci va s’arrêter à cause de l’inflation générée par la baisse de la valeur de la monnaie et parce que les Allemands n’accepteront plus longtemps de prendre le risque d’une trop grande dévalorisation monétaire et financer par leurs excédents les déficits de la France.

L’alternance républicaine possible avec Valérie Pécresse a été ruinée par le non-soutien volontaire de Nicolas Sarkozy

La victoire annoncée de Macron nous amènera dans un quinquennat perdu où, ligoté par ses promesses et ses actions passées, il n’aura aucune possibilité de réforme. Pour l’électeur soucieux de l’avenir et trop attaché à la liberté politique et économique pour se tourner vers les extrêmes, il ne restait plus que la candidate des Républicains.

Contre toute attente, Christian Jacob avait réussi un sans-faute dans la mise en œuvre d’une candidature rassemblant toutes les composantes du parti. Valérie Pécresse était en situation de battre Emmanuel Macron et pouvait ramener la France à une politique raisonnée.

Cette perspective a été ruinée par le non-soutien affiché par Nicolas Sarkozy qui diminue également les chances de survie du parti qui l’a tant aimé et soutenu. Le débauchage d’Eric Woerth en pleine bataille électorale était négligeable, mais voir l’ancien Président jouer contre son camp, sans daigner expliquer pourquoi, est insoutenable. Une attitude que même Ponce Pilate n’aurait pas adoptée s’il s’était agi de sa famille.

S’ils veulent exister les Républicains doivent dénoncer rapidement et sans indulgence l’attitude de Nicolas Sarkozy.

<< Retour aux actualités

Mentions légales - Création site web pas cher